L'espérance de l'eau de là !

Publié le par Xavier DAVID

 

L’espérance de l’eau de là !

 

La résurrection n’étant pas prouvée,

Je désire mourir de suite afin de revoir mon fils,

Enfin !

La vie sur terre ne change pas, toujours aussi triste,

Toujours plus amère, sans toi, loin de moi ! 

Je t’aime,

Mon fils !

Comme il est compliqué de vivre si loin de toi !

J’avais ta tombe pour me recueillir,

Mais ta sépulture est restée là où nous l’avions choisi,

Et je n’ai pu rester, éloigné de toi !

J’ai mal, mal de ta mémoire, mal de ton absence,

Mal de tout, tout simplement !

Que la mort est longue,

J’aurai souhaité une agonie plus courte, plus douloureuse peut-être

Mais ô combien plus éphémère.

Mourir le jour même, avec toi, pour t’accompagner dans la nuit !

Si j’avais pu, si j’avais su, ah si seulement !

Mais voilà je n’ai pas su. Je n’ai pas pu !

Mon cœur saignera jusqu’à mon dernier jour,

Tu seras ma plus grande perte, mes larmes !

Si seulement ces larmes pouvaient donner la vie,

Une espérance de l’eau de là, là où tu es !

Mais point d’illusion, je pleure,

Mais mes larmes vont jusqu’au sol et rien ne change,

Elles arrosent tes fleurs blanches qui, avec le temps fanent naturellement.

Les larmes ;

Mes larmes, sont des armes stériles, inutiles,

Mais ô combien vivantes et expressives !

Je t’ai aimé mon fils, je t’aime encore et t’aimerai toujours.

L’amour d’un père, mort du père !

 

 

Xavier DAVID

Mercredi 2 mars 2005

 

 

Publié dans Poèmes et textes

Commenter cet article